Articles

Une parenthèse à l’unité parents-bébé

« On ne naît pas parent, on le devient », dit l’adage. Mais l’établissement du lien entre le(s) parent(s) et l’enfant n’est pas toujours évident. Cette interaction est pourtant cruciale pour prévenir les troubles du développement chez l’enfant. C’est pour offrir un accompagnement précoce et adapté que l’HUDERF a mis sur pied en 2014 une initiative inédite en Belgique : l’unité de jour Parents-Bébé.

L’Unité Parents-Bébé est un lieu de rencontre privilégié entre des parents fragilisés et leur enfant. L’équipe de l’unité accueille des bébés dès les premiers mois de la naissance et jusqu’à 2 ans et demi. C’est sur cet intervalle précoce qu’elle a choisi de se concentrer pour tenter de prévenir les troubles du développement chez les enfants. Elle prend en charge les dyades ou les triades papa-maman-bébé pour travailler sur plusieurs plans : sur le parent, sur l’enfant ainsi que sur leur relation.

« Trois cas de figure peuvent se présenter », comme nous l’explique le Pr Delvenne, chef de service de pédopsychiatrie. « Un premier cas est une situation où il y a une difficulté d’instauration du lien précoce, il peut y avoir une dépression maternelle, il peut y avoir des antécédents de séparation ou de maladie de l’enfant qui créé une distorsion du lien. Une deuxième indication ce sont des enfants qui ont des troubles fonctionnels, des troubles du sommeil, des troubles de l’alimentation. Une troisième indication, ce sont des enfants qui ont des difficultés de développement. »

La prise en charge s’étend sur une période de 3 à 6 mois à raison de deux à trois visites par semaine et se déroule en 2 temps. Le premier temps est celui de l’observation et de l’évaluation. Ce temps permet de réfléchir avec les parents au deuxième temps, celui de la prise en charge thérapeutique de l’enfant et de sa famille.

L’unité parent-bébé est un lieu d’accueil permettant d’aider l’enfant à grandir au sein de sa famille. Pour les parents, ce lieu est une parenthèse où se poser, laisser de côté le sentiment de culpabilité et obtenir un regard extérieur.

C’est également un lieu où les parents peuvent tisser des liens avec d’autres familles. L’effet de groupe est également très important. « Dans la société individualiste, les enfants ne sont plus forcément élevés par le groupe et la communauté.  Certains parents perdent la représentation de ce qu’est être parent », explique le Dr Moureau, pédopsychiatre. « Ici, le curseur est placé sur l’enfant et son développement. Mais notre mission est aussi d’accompagner les parents dans leur cheminement vers l’autonomie. Pour cela, ils doivent croire en leurs capacités et nous les y aidons, avant de les orienter pour la suite. »

L’unité Parent-Bébé est au cœur du réseau, un point de rencontre entre la maternité, les crèches, les pédiatres, les médecins de l’ONE, les psychologues et psychiatres… L’avantage d’avoir une telle unité au sein de l’Hôpital des enfants ? La multidisciplinarité, indispensable pour offrir un accompagnement complet : thérapeutique, social et humain.

Chaque enfant et chaque parent entre à l’unité avec son histoire. Parfois, ils viennent chercher des références pour devenir parents ou des solutions pour mettre un cadre dans l’éducation de leur enfant. ‘Mon enfant dort mal. Mon enfant ne mange pas bien. Je n’arrive pas à dire non à mon enfant’. Et ils repartent aussi parfois avec autre chose : une idée plus précise sur ce qui ne va pas, des solutions d’accompagnement pour la suite, un peu plus de confiance en leur capacité à être parent.

Le témoignage de la maman de Nathan, 6 mois : 


 

 

 

 

 


DANS L’ACTUALITE 2017

Un prix pour un projet de dépistage de la vulnérabilité périnatale

En matière de vulnérabilité périnatale, plus la prise en charge est précoce, plus il est possible de prévenir les risques. L’équipe de pédopsychiatrie de l’HUDERF a été récompensée lors du Congrès du Réseau Mère Enfant de la Francophonie pour un projet collaboratif de poster sur la vulnérabilité périnatale, en partenariat avec le CHU Brugmann, le CHU Ste Justine de Montréal et le CHU de Lyon. L’équipe a créé un outil de repérage à destination des gynécologues, sages-femmes, travailleurs médico-sociaux… Cet outil vise à dépister les femmes enceintes qui sont en situation de stress : violence intra-conjugale, assuétude, grande pauvreté, etc; afin qu’une prise en charge la plus précoce leur soit proposée et prévenir les risques pour le futur enfant.


PLUS D’INFORMATIONS SUR L’UNITE PARENTS-BEBE