Articles

FaceAuCovid#10 : Le sommeil des enfants pendant le confinement

Le sommeil des enfants a quelque peu changé depuis le début du confinement. Entre les veillées tardives, les difficultés à s’endormir ou les sommeils agités, les experts affirment que le confinement joue un rôle important sur la dégradation de la qualité du sommeil. Voici les conseils et les recommandations de notre spécialiste du sommeil, le Dr Sonia Scaillet.

La perte des repères et de la routine quotidienne sont les raisons principales de ce dérèglement du sommeil. Les enfants ne suivent plus un rythme de vie basé sur l’école, ce qui explique parfois leur agitation ou leur difficulté à s’endormir.

Les écrans

Trouver des nouvelles activités à faire avec les enfants peut s’avérer être une tâche difficile pour les parents qui peuvent arriver rapidement à court d’inspiration. Les enfants passent alors plus de temps devant les écrans de télévision, d’ordinateur, de tablette ou de smartphone.

Avant d’aller dormir, il est également conseillé aux parents de ne pas autoriser les écrans aux enfants. Le mieux serait qu’ils n’y soient pas exposés au moins 2 heures avant d’aller dormir. Les adolescents, cela peut être plus compliqué. Il est conseillé d’éteindre son téléphone au minimum 30 minutes avant de se coucher.

L’anxiété des parents

Cette période assez particulière peut apporter de l’anxiété dans certains foyers. Dès leur plus jeune âge, les enfants ressentent lorsque leurs parents sont inquiets ou stressés. L’anxiété du foyer peut également affecter la qualité du sommeil.

Garder le même rythme et les mêmes pratiques qu’avant

Il est important pour les parents de veiller à garder les mêmes habitudes qu’avant la période de confinement. Les parents doivent s’assurer que leurs enfants se couchent aux mêmes heures que s’ils avaient école le lendemain. S’ils avaient aussi pour habitude de raconter une histoire, il faut s’assurer de continuer cette pratique afin d’apaiser son enfant et de faciliter son endormissement.

Les enfants peuvent présenter des signes de fatigue s’ils manquent de sommeil (beaucoup bailler, se frotter les yeux ou les oreilles, avoir des cernes, etc.). Il est important pour les parents d’être attentif à cela. Le nombre idéal d’heures de sommeil varie en fonction de l’âge de l’enfant. Un enfant de moins de 10 ans aura besoin de dormir entre 9 et 11 heures par nuit alors que pour un adolescent, le nombre tournera autour des 9 heures.

Les adolescents peuvent estimer ne pas avoir besoin de dormir tôt et auront alors tendance à rester réveillés très tard la nuit. Ils vont, par conséquent, également se lever tard le matin et toute leur journée sera décalée. Nous conseillons aux parents de négocier avec leurs ados sur une tranche horaire pour le coucher (par exemple, entre 22h et 23h30) et une heure limite pour le lever (maximum 10h).

Une chambre au frais

Notre corps produit naturellement la mélatonine lorsque nous sommes plongés dans le noir. Il s’agit de l’hormone qui permet notre endormissement. Lorsque cette hormone atteint son pic, on ressent de la fatigue et on a envie d’aller se coucher.

Il est conseillé d’aérer la chambre afin d’avoir un sommeil de qualité. S’il fait trop chaud dans la chambre, l’air sera sec et l’enfant pourrait boucher les muqueuse et irriter le nez. L’idéal serait de ne pas dépasser les 18° dans la pièce.

Merci au Dr Sonia Scaillet pour ces précieux conseils.

____

Des questions sur la santé de votre enfant ? Parlez-en avec votre médecin de famille ou votre pédiatre !

www.huderf.be