Articles

Vaccination : les parents prennent la parole

L’histoire de Sofia

« C’était les deux semaines les plus dures de notre vie, avec notre petite fille de deux mois à l’hôpital, qui se battait pour sa vie. La vaccination c’est important, pour donner toutes ses chances à son bébé. Nous nous estimons heureux qu’elle soit encore là. On a eu de la chance : la coqueluche, c’est 50/50. Quand Sofia s’est étouffée, ça a été la pire nuit de ma vie… »

Sofia a eu la coqueluche à deux mois. Dans le cadre de la semaine de la vaccination, ses parents ont souhaité partager leur histoire.

 

 

L’histoire de Raphaël  

« Nous devions le faire vacciner dans trois jours. La vaccination aurait pu changer tout à fait la situation. Vaccinez vos enfants, suivez les recommandations officielles des autorités de santé, faites la vaccination pendant la grossesse. Méfiez-vous de ce que vous pouvez lire sur internet, posez vos questions au pédiatre, suivez le calendrier vaccinal. Si on peut protéger d’autres enfants en relayant ces informations et notre expérience, c’est important, il faut le faire. [Perdre son enfant] c’est traumatisant. Les années passent, et c’est comme si c’était hier. C’est la même tristesse. »

Raphaël est décédé de la coqueluche à deux mois. Dans le cadre de la semaine de la vaccination, sa maman a souhaité témoigner en son nom.

La maman de Raphaël s’engage à sensibiliser les parents sur les médias sociaux notamment. Pour en savoir plus sur la coqueluche, rendez-vous sur leur page Facebook. https://www.facebook.com/CoquelucheSensibilisation/

 

 

 

Propos recueillis par le Dr Isabel Castroviejo Fernandez, post-graduée en pédiatrie à l’HUDERF


Pour vous informer sur la vaccination, discutez-en avec votre médecin ou le pédiatre de votre enfant.

Lisez également notre article sur le retour de la coqueluche et de la rougeole : http://www.huderf30.be/nouvelles/la-coqueluche-et-la-rougeole-deux-maladies-graves-et-contagieuses-sur-le-retour

Prévenir la méningite par la vaccination

Le méningocoque est une bactérie qui est responsable d’infections graves entraînant principalement des méningites. Le personnel soignant s’inquiète de la fulgurance d’une forme extrêmement sévère d’infection à méningocoque aux séquelles irréversibles, qui entraîne le décès du patient dans 20 à 25% des cas. Cette infection représente donc un risque pour la population, et notamment pour enfants de moins de un an, les adolescents et les jeunes adultes. Trois vaccins existent pour prévenir les infections à méningocoque, dont une nouvelle formule. Explications de nos expertes docteur Sarah Jourdain, pédiatre au sein des Hôpitaux Iris Sud et docteur Tessa Goetghebuer, chef de la clinique de pédiatrie du CHU Saint Pierre.  

Le méningocoque est une bactérie qui est responsable d’infection grave chez l’Homme, (Neisseria meningitidis). Lorsqu’elle est présente dans la gorge, elle se transmet facilement, par exemple par la toux ou les postillons. C’est en traversant les muqueuses et en passant dans le sang qu’elle entraîne une infection invasive à méningocoque. Les formes plus graves sont principalement des méningites dans 50% des cas (infection du liquide et des membranes qui enveloppent le cerveau), des bactériémies et des septicémies. Il existe une forme extrêmement sévère d’infection à méningocoque, dénommée purpura fulminans, qui se caractérise par des “points rouges” sur la peau qui vont progresser en larges taches noires, une fièvre importante et un choc circulatoire empêchant une bonne circulation du sang vers les organes. “L’évolution du purpura fulminans est, comme son nom l’indique, très rapide et entraîne le décès dans 20 à 25% des cas malgré un traitement administré en urgence. Les séquelles comprennent la surdité, le handicap non réversible, et l’amputation des extrémités secondaires à des nécroses”, explique le Dr Sarah Jourdain.

La bactérie en 3D – Source : Fotolia

Le diagnostic difficile d’une urgence médicale

Les infections à méningocoques sont difficiles à diagnostiquer. “Elles se présentent en début d’infection, par des symptômes assez fréquents (fièvre) et des “points rouges” qui peuvent passer inaperçus. C’est une forme d’infection qui nous inquiète particulièrement car l’évolution est particulièrement rapide. C’est une urgence médicale compte tenu de son haut taux de mortalité et des séquelles irréversibles. De plus, le méningocoque est capable de provoquer des épidémies là où règne la promiscuité comme dans les crèches, les écoles, les casernes…”, ajoute le Dr Tessa Goetghebuer. Les infections invasives à méningocoque touchent particulièrement les jeunes enfants de moins de un an, les adolescents et les jeunes adultes. En Belgique, on estime le nombre d’infection à 1 personne/100.000 habitants par an, soit 110 personnes annuellement.

Trois vaccins disponibles en Belgique

En fonction de la nature de la capsule qui l’entoure, on classe cette bactérie en plusieurs types (méningocoque de type A, B, C , W, Y…).

  • Le premier vaccin fait partie du calendrier vaccinal offert à tous les enfants et cible le méningocoque de type C (Neisvac®, Meningitec®). Il consiste en une injection à l’âge de 15 mois.
  • Le deuxième cible quatre types de méningocoque (le A, C, W et Y) (Nimenrix®) et est plutôt destiné aux patients qui voyagent dans des zones où il existe des épidémies comme dans certaines régions d’Afrique ou à la Mecque (vaccination obligatoire).
  • Enfin, le troisième vaccin, complémentaire aux autres est disponible chez nous depuis moins d’un an,. Il cible le méningocoque de type B (Bexsero®). Ce vaccin est le fruit d’une nouvelle technique d’élaboration de vaccin.

Source : CNRS – Ceinture africaine des méningites

Un nouveau vaccin contre le méningocoque de type B

Le méningocoque de typeB présente de fortes analogies avec le tissu humain. Il était donc difficile de trouver une cible qui entraînerait une protection sans induire des infections contre ses propres tissus (maladies auto-immunes). Grâce à de nouvelles techniques de séquençage de l’ADN du méningocoque B, il a été possible de sélectionner quatre protéines exprimées à la surface de la bactérie et non retrouvées dans le tissu humain.

Ce vaccin peut être administré dès l’âge de 2 mois et il est possible de l’injecter en même temps que les vaccins de routine. L’enfant risque cependant de présenter plus de fièvre que lors des vaccins du calendrier. Par ailleurs, ce vaccin n’est pas gratuit et est à charge du patient. Le Royaume-Uni est le seul pays à avoir introduit ce vaccin dans son programme national de vaccination et à l’offrir gratuitement à toute sa population mais le taux d’infection invasive à méningocoque au Royaume-Uni est l’un des plus élevé d’Europe; certaines régions d’autres pays européens l’offrent également (Espagne, Portugal…).

Aux Etats-Unis, un deuxième vaccin issu de cette nouvelle technique et ciblant deux protéines a été approuvé. Il concerne les enfants à partir de dix ans et n’est pas encore disponible chez nous.

 

Dr Sarah Jourdain

Dr Tessa Goetghebuer

 


Pour vous informer sur les infections à méningocoques et sur la vaccination, discutez-en avec votre médecin ou le pédiatre de votre enfant.

Avis aux professionnels : un séminaire-webinar est prévu le vendredi 27 avril à 17h. Rendez-vous à l’HUDERF, au CHU St Pierre ou en ligne, lors de la Semaine de la Vaccination.

 


 

ARCHIVES – Blogs : nos experts ont pris la parole en 2017

Vidéo : 6 minutes pour comprendre la vaccination

Jennifer et Chahnez sont étudiantes en médecine à l’ULB et membres du BeMSA (Belgian Medical Students Association – Université Libre de Bruxelles). Elles sont parties dans la rue pour prendre le pouls du public quant à la vaccination.

  • Peut-on se défendre de toutes les maladies ?
  • Les vaccins, comment ça marche ?
  • Qu’y a t-il dans un vaccin ?
  • Les vaccins sont-ils sûrs ?
  • L’aluminium est-il toxique ?
  • Vaccin contre la grippe : à quoi bon ?
  • Que penser des polémiques ?
  • Est-ce utile de se faire vacciner / de faire vacciner ses enfants ?

Leurs réponses aux interrogations des passants en images.


Plus d’informations :

www.one.be

www.huderf30.be


Plus d’informations sur la vaccination ? Parlez-en à votre médecin ou au pédiatre de votre enfant. Vous trouverez également les articles de nos experts sur ce blog.


Avis aux professionnels : le sujet de la douleur sera également abordé lors d’un séminaire-webinar est prévu le vendredi 27 avril à 17h. Rendez-vous à l’HUDERF, au CHU St Pierre ou en ligne, lors de la Semaine de la Vaccination.


 


 

ARCHIVES – Blogs : nos experts ont pris la parole en 2017

Etude vaccination : les parents demandent davantage de transparence et d’objectivité

Si les professionnels jouent un rôle central pour répondre aux questions et inquiétudes de leurs patients vis-à-vis de la vaccination, notre système actuel de vaccinologie ne répond que partiellement aux attentes des parents. Voilà en somme ce que révèle une étude menée par Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola auprès de parents d’enfants de la région de Bruxelles-capitale dans le but de mieux comprendre les perceptions des parents à l’égard des vaccins. Une nouvelle enquête est en cours auprès des professionnels de la santé.

L’étude qualitative menée dans le courant de l’année 2017 sous forme de focus group auprès de 24 parents bruxellois a révélé aux chercheurs de l’ULB qu’en matière de vaccination, les parents sont demandeurs de davantage de transparence, d’informations plus objectives et d’un discours plus unanime dans le monde des professionnels de la santé. Sans remettre en cause le rôle central des professionnels en tant que sources fiables d’informations, l’étude souligne cependant que le système actuel est donc perfectible. Parmi les principaux freins à la vaccination, on retrouve les idées reçues véhiculées par certains groupes très actifs sur les réseaux sociaux et internet, et supportées par certains médecins opposés à la vaccination.

Des parents également demandeurs d’informations durant la grossesse

L’étude montre également que, face au médecin qui propose de vacciner leur enfant, beaucoup de parents se sentent pris de court et doivent prendre une décision rapide : ils sont désireux de bénéficier d’informations pendant la grossesse. « Autrefois l’information était moins nécessaire vu la haute incidence des maladies à prévention vaccinale, mais cette suggestion de la part des parents prend aujourd’hui tout son sens », explique le Dr Isabel Castroviejo Fernandez, responsable de l’étude de 2017 et aujourd’hui pédiatre résidente à l’Hôpital des Enfants.

Nouvelle étude en cours auprès des professionnels de la santé

De manière à pouvoir apporter des solutions efficaces sur le terrain et qui soient en adéquation avec les attentes de la population, une enquête du même type chez les professionnels de la santé est actuellement en cours et supervisée par le docteur Sarah Jourdain, pédiatre au sein des Hôpitaux Iris Sud et par le Pr. Pierre Smeesters, chef du service de pédiatrie à l’Hôpital des Enfants. Cette nouvelle étude menée par Amandine Jorion, étudiante en médecine, vise à interroger des médecins généralistes de la Région Bruxelles-Capitale sur leurs perceptions et leurs pratiques dans le domaine de la vaccination. Les premiers résultats de cette enquête pointent le besoin d’informations actuelles et de mises à jours régulières des médecins traitants. Ils souhaiteraient avoir accès à une formation plus approfondie en matière de vaccination ainsi qu’à des outils adéquats (notamment numériques) afin d’améliorer leur prise en charge du patient et renforcer l’adhésion à la vaccination. Par ailleurs, une formation plus profondie en vaccinologie dans le cursus médical serait une piste d’amélioration à explorer.

Les pharmaciens en tant qu’ambassadeurs de la vaccination ?

Pour le Pr. Smeesters, il y a donc un travail d’information et de dialogue avec les professionnels de la santé qu’il faut continuer à mener. « La première étude avait déjà révélé que pour les parents, les pharmaciens en qui ils ont confiance, pourraient également jouer ce rôle d’informateurs. » Une autre piste que l’Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola compte bien suivre, en partenariat avec les hôpitaux publics du réseau de l’ULB et d’autres acteurs du secteur de la santé.

Un contexte de mise en danger la couverture vaccinale

Depuis plusieurs années, nous assistons à une remise en question de la vaccination par la population. En effet, bon nombre de controverses véhiculées par les médias, internet et les réseaux sociaux remettent en question l’innocuité et parfois même l’utilité et le bien-fondé de la vaccination. La méfiance suscitée vis-à-vis des vaccins entraîne une modification et parfois un refus du calendrier vaccinal proposé par l’ONE. Cette baisse de couverture vaccinale induit une augmentation des maladies évitables par la vaccination. Et dans les faits, en Belgique, nous observons une augmentation significative des cas de coqueluche, de rougeole et de diphtérie*. Ces maladies sont sévères et entraînent des hospitalisations prolongées, des séquelles parfois irréversibles et des décès.

 


Etude

« Préoccupations parentales concernant la vaccination pédiatrique : étude en focus groups à Bruxelles », Isabel Castroviejo Fernandez, Sarah Jourdain, Nadine Kacenelenbogen, Pierre Smeesters, Revue Médicale de Bruxelles [under press]

*Référence : Tableau OMS


Plus d’informations sur la vaccination ? Parlez-en à votre médecin ou au pédiatre de votre enfant. Vous trouverez également les articles de nos experts sur ce blog.


Avis aux professionnels : le sujet de la douleur sera également abordé lors d’un séminaire-webinar est prévu le vendredi 27 avril à 17h. Rendez-vous à l’HUDERF, au CHU St Pierre ou en ligne, lors de la Semaine de la Vaccination.


 


 

ARCHIVES – Blogs : nos experts ont pris la parole en 2017

Pourquoi vaccine t-on les bébés contre l’hépatite B ?

« Dans le monde, environ 240 millions de personnes souffrent d’une infection chronique par le virus de l’hépatite B. Et plus de 686.000 personnes meurent chaque année des suites d’une infection par l’hépatite B, notamment de cirrhose ou de cancer du foie. » OMS – Juillet 2016.

En Belgique, grâce à une couverture vaccinale élevée, moins de 2% de la population est porteuse du virus. Malgré ce faible taux, l’hépatite B reste l’une des pathologies infectieuses les plus préoccupantes.

L’hépatite B : du virus aux symptômes

L’hépatite B est une maladie contagieuse causée par le virus VHB qui s’attaque au foie. La transmission se fait par le sang ou les sécrétions corporelles. Le patient s’infecte lors de contact avec le sang (personnel de santé, transfusion,…).

Il existe également une transmission de la mère à l’enfant durant la grossesse et/ou à l’accouchement (appelée transmission verticale).

Une fois contracté, le virus peut induire une infection du foie, l’hépatite aiguë. Celle-ci peut passer inaperçue ou entraîner un tableau clinique avec jaunissement de la peau et des yeux, des maux de tête, des douleurs abdominales, des nausées et une fatigue importante. Les hépatites B aiguës peuvent, dans un cas extrême, conduire au décès.

La contraction du virus peut entraîner un autre type d’infection, l’hépatite chronique, qui va progressivement entraîner des lésions sévères et irréversibles du foie (cirrhoses et cancer du foie). Le traitement de ces pathologies du foie par chimiothérapie, thérapie antivirale et chirurgie est extrêmement lourd et présente des succès divers.

Ce risque de passage à la chronicité est d’autant plus élevé que le patient est jeune. En effet, si un nourrisson est affecté par l’hépatite B durant sa première année de vie, le risque de développer une hépatite chronique est de plus de 80%. Durant les trois années suivantes, les risques diminuent, mais restent conséquents (30 à 50%).

« Plus les enfants sont infectés jeunes par la maladie, plus le risque de développer un cancer du foie sera important », souligne Sarah Jourdain, pédiatre infectiologue au sein des Hôpitaux Iris Sud.

La prévention par la vaccination des jeunes enfants joue donc un rôle crucial. Nous disposons, en effet, d’un vaccin sûr et efficace qui empêche de développer les deux types d’infections (aiguë et chronique). Depuis 1982, plus d’un milliard de doses de vaccins ont été administrées et ont démontré non seulement leur efficacité, mais également leur innocuité.

En Belgique, le schéma vaccinal contre l’hépatite B se présente en 4 doses : la première dose à 2 mois, la deuxième à 3 mois, la troisième à 4 mois et la dernière à 15 mois. Ces 4 doses sont administrées lors de l’injection d’un vaccin combiné contre six maladies infectieuses.

Le tétanos : pourquoi vacciner ?

Le tétanos est une maladie infectieuse grave qui attaque le système nerveux central et provoque des contractions musculaires douloureuses. Elle entraîne le décès dans 20 à 30% des cas. Mais le tétanos, contrairement aux autres maladies évitables par vaccination, n’est pas une maladie contagieuse (elle ne se transmet donc pas de personne à personne).

Clostridium tetani, la bactérie responsable du tétanos

Clostridium tetani est une bactérie présente dans la terre et dans les déjections animales. Elle produit une toxine dangereuse qui, lorsqu’elle s’introduit dans l’organisme, s’attaque au système nerveux central et entraîne un tableau clinique caractéristique. Celui-ci débute par une contraction des muscles responsables de la mastication (trismus) qui va atteindre d’autres groupes musculaires et se généraliser. Ces spasmes sont extrêmement douloureux. La contraction des muscles respiratoires peut entraîner le décès par asphyxie. Le traitement repose sur trois angles d’attaque :

  • Un antibiotique pour éliminer la bactérie de l’organisme et empêcher la production de toxines ;
  • Un sérum contenant des anticorps qui vont annuler l’action des toxines ;
  • Un traitement dit « supportif » qui consiste en antidouleurs et produits anesthésiques (curare,…).

Malgré ce traitement, le tétanos peut provoquer des lésions irréversibles du système nerveux, entrainant des troubles moteurs, une paralysie et présente un taux de mortalité élevé.

Comment cette maladie non-contagieuse se transmet-elle ?

La bactérie pénètre dans l’organisme via une brèche au sein de la barrière cutanée (plaie, morsure, écharde, épine,…). « La plaie peut être minime, voire inaperçue », explique Sarah Jourdain, pédiatre infectiologue au sein des Hôpitaux Iris Sud. « Une fois dans l’organisme, la bactérie va pouvoir sécréter sa toxine et la maladie va se développer. »

Nettoyer la plaie n’est-il pas suffisant ?

Il est toujours important de désinfecter une plaie, cependant la bactérie Clostridium tetani est présente dans les sols partout dans le monde et dans l’intestin d’herbivores comme le cheval. Etant donné l’omniprésence de cette bactérie et, en autre, l’imperceptibilité possible de la blessure, la désinfection des plaies n’empêche pas toujours la bactérie de pénétrer dans l’organisme.

Un vaccin immunisant

Avoir le tétanos ne permet pas d’être immunisé, c’est-à-dire qu’un patient pourrait contracter la maladie plusieurs fois dans sa vie. Le vaccin protège l’organisme durant une dizaine d’années, c’est pour cette raison que le rappel de vaccination est strictement nécessaire pour rester protégé.

Le schéma vaccinal recommandé pour le vaccin antitétanique est le suivant : la première dose à 2 mois, la deuxième à 3 mois, la troisième à 4 mois et la dernière à 15 mois. Le premier rappel est à l’âge de 5-6 ans et ensuite, tous les 10ans.

Pourquoi vacciner les nourrissons ?

Lorsque les enfants partent à la découverte du monde qui les entoure, ils ne sont pas conscients que la terre avec laquelle ils jouent peut être dangereuse. Un contact plaie/terre est fréquent, et parfois imperceptible. Il est important de suivre le schéma vaccinal afin que les enfants soient protégés le plus tôt possible. La vaccination est une prévention efficace qui arme les enfants face aux maladies.

 

La coqueluche et la rougeole : deux maladies graves et contagieuses sur le retour

Les vaccins représentent l’intervention sanitaire la plus bénéfique après l’accès à l’eau potable

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) estime que la vaccination permet de sauver trois millions de vies chaque année. Une intervention sanitaire des plus bénéfiques, juste après l’accès à l’eau potable. La vaccination permet non seulement la protection contre la mortalité et la morbidité dues aux maladies infectieuses, mais elle permet l’éradication totale de celles-ci. A ce jour, la variole est la seule maladie à avoir été éradiquée grâce à la vaccination, mais la poliomyélite est en passe de devenir la prochaine.

Malgré l’évidence du nombre de vies sauvées, de nombreuses voix remettent en cause la nécessité de la vaccination. Elles alimentent un courant de désinformation qui sème le doute chez les parents de jeunes enfants en âge de bénéficier de la vaccination. Ce doute amène ces parents à ne pas vacciner, à retarder ou à modifier le schéma vaccinal de leurs enfants. Un choix qui n’est pas sans conséquence, comme illustré par les deux exemples suivants :

La coqueluche : entre 1 à 5 décès par an en Belgique

La coqueluche est une maladie hautement contagieuse causée par une bactérie, Bordetella pertussis, responsable d’infections respiratoires et de quinte de toux particulière ressemblante au “le chant du coq”.  Cette bactérie d’abord inhalée, colonise l’arbre respiratoire et par l’effet de toxines excrétées, entraîne les symptômes respiratoires. La transmission se fait par l’air, d’humain à humain. La durée d’incubation est de 7 à 10 jours. La maladie touche principalement  les nourrissons de moins d’un an et c’est dans cette tranche d’âge que l’on retrouve le plus haut taux de mortalité (1,6% au niveau mondial), principalement par arrêts respiratoires (apnées).

Le vaccin contre la coqueluche empêche non seulement la maladie de se développer, mais empêche également la circulation de ce micro-organisme au sein de la population. Une couverture vaccinale de 92 à 94% est nécessaire pour empêcher la dissémination de la maladie.

Depuis 2011, nous assistons à une augmentation significative des cas de coqueluche. En effet, depuis lors, 1 à 5 décès dus à la coqueluche sont signalés en Belgique chaque année.

Pour lutter contre cette résurgence, deux solutions s’offrent à nous.

  • La première consiste en un rappel de vaccination chez les adultes en contact avec des enfants en bas âge (<1 an). Ceci est la vaccination cocoon et a été instaurée chez nous en 2009.
  • Enfin, depuis 2013, la deuxième solution consiste en l’instauration d’une vaccination des femmes enceintes entre 24 et 32 semaines de grossesse.

La rougeole : une maladie grave sans traitement

La rougeole est une maladie virale grave et extrêmement contagieuse responsable d’un haut taux de mortalité, principalement chez les jeunes enfants. En 2015, l’OMS a recensé 134.200 décès par rougeole dans le monde, soit 15 décès par heure. Il n’existe pas de traitement ciblé contre le virus. La seule solution est préventive : un vaccin sûr et efficace, qui prévient le développement de cette maladie. Entre 2000 et 2015, la vaccination a évité 20,3 millions de décès, faisant de ce vaccin l’un des meilleurs investissements en santé publique au monde.

La maladie se présente par une forte fièvre, une rhinorrhée, de la toux, des yeux rouges et des plaques caractéristiques à l’intérieur des joues (taches de Koplick). L’éruption cutanée apparaît quelques jours plus tard sur le tronc et le visage et va s’étendre progressivement pour finir par se généraliser. La fièvre apparaît +/-10 jours après l’exposition au virus et le rash cutané apparaît 14 jours après l’exposition. Les décès sont pour la plupart dus aux complications de la maladie : pneumonies, encéphalopathies, cécités et diarrhées sévères. Les populations pédiatriques souffrant de malnutrition (en particulier présentant un déficit en vitamine A) ou présentant un haut taux d’infection par le VIH sont particulièrement à risque.

Le virus est extrêmement contagieux et se transmet par l’air ou par contact direct avec les sécrétions nasales. Les porteurs du virus transmettent le virus 4 jours avant l’apparition de l’éruption cutanée et les 4 jours suivants. Il n’existe pas de traitement contre ce virus.

Instauré en Belgique depuis 1985, le vaccin contre la rougeole est efficace et s’administre en deux doses. Ce vaccin fait partie des vaccins appelés “vivants” car il consiste en l’administration du virus atténué par le passage prolongé dans un milieu de culture, dans des conditions spécifiques. Après cette croissance particulière, le virus n’entraîne plus le développement de la maladie, mais induit une protection contre cette même maladie (réponse immunitaire).

Cependant, et par conséquent, il ne peut pas être injecté chez les patients immunodéprimés et les nourrissons de moins de 6 mois, qui restent alors des cibles sans défense en cas d’épidémie.

L’OMS espérait une éradication des cas de rougeole pour 2010. Pour ce faire, une couverture vaccinale pour les deux doses devait atteindre 95%. Or, en Belgique, en 2015, même si la couverture vaccinale pour la première dose est estimée à 95%, elle tombe à 75% pour la deuxième dose en Wallonie et à Bruxelles. En 2017, plus de 70 cas de rougeole ont été signalés en Wallonie contre 7 à 8 cas pour la même période. La plupart des patients atteints étaient non vaccinés. Un tiers des cas a dû être hospitalisé et un quart concernait des enfants de moins de 5 ans.

Décisions individuelles, responsabilités collectives

La vaccination sauve de manière incontestable des millions de vies à travers le monde. Par ailleurs, ces deux exemples illustrent que dès que la couverture vaccinale atteint des taux sub optimaux, on assiste à la résurgence de maladies infectieuses et d’épidémies. Ces exemples démontrent également qu’un suivi rigoureux du schéma vaccinal est indispensable.

Lutter contre cette résurgence de maladies qu’on pensait en bonne voie d’éradication est une question d’intérêt public. Elles constituent une réelle menace pour les populations fragiles, et en premier lieu les enfants. Il est dès lors indispensable d’offrir une information fiable et transparente à propos de la vaccination pour permettre aux parents de faire les meilleurs choix pour la santé de leurs enfants et pour préserver la santé fragile des plus faibles d’entre nous.

Les chiffres proviennent des sources suivantes : OMS, ONE et ISP

Que pensent les parents de la vaccination ?

Une étude d’utilité publique en Région Bruxelles Capitale

Alors que la perception des parents envers la vaccination pédiatrique est de plus en plus étudiée par les experts dans le monde entier, rares sont les études sur le sujet en Belgique en général, et dans les régions francophones en particulier. L’Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola finalise actuellement une étude qualitative sous forme de focus groups afin d’approfondir les impressions, points de vue et besoins des parents concernant la vaccination. Cette dernière est menée en région Bruxelles-Capitale auprès de parents d’enfants âgés de moins de 6 ans, issus des différentes communes.

Les entretiens, conduits par un pédiatre et une étudiante en médecine, comprennent entre 4 à 8 personnes et durent en moyenne 1h30. « Nous cherchons à mieux cerner les connaissances, doutes et inquiétudes des parents face à la vaccination ainsi que leur expérience personnelle. Nous aimerions également connaître les sources d’informations consultées et jugées fiables », explique Isabel Castroviejo Fernandez, Etudiante en dernière année de Médecine à l’ULB. Durant ces entretiens, organisés en discussion ouverte autour de thèmes particuliers, les parents expriment leurs points de vue et leurs sentiments – ce sont eux qui occupent la position « d’experts ». Dans notre cas, quatre questions principales vis-à-vis de la vaccination pédiatrique sont abordées : connaissances des parents; expérience, intérêt et inquiétudes; sources d’informations consultées; besoins et suggestions d’amélioration.

Cette enquête permet à l’équipe d’évaluer la position des parents quant à la vaccination et indique des pistes de réflexion concrètes afin de mieux répondre à leurs questions. Par exemple, les premiers entretiens dévoilent un manque d’informations concrètes et nuancées ainsi qu’un désir de pouvoir assister à des séances questions-réponses sur la vaccination en fin de grossesse.

« Nous travaillons actuellement à l’analyse des résultats que nous communiquerons dans le courant du mois de mai. Ensuite, nous aimerions étendre le spectre de cette étude en interrogeant l’année prochaine nos collègues de l’Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola et de Belgique. Il est important de connaître également les avis et les doutes du personnel soignant vis-à-vis de la vaccination car ils sont les premiers interlocuteurs des parents », conclut le Professeur Pierre Smeesters, chef du service de pédiatrie.

Les résultats de l’enquête seront notamment exploités dans le cadre de campagnes d’informations autour de la vaccination pédiatrique.

Dix idées reçues autour de la vaccination

Nombreuses sont les idées erronées qui circulent sur la vaccination chez l’enfant (et chez l’adulte). Certaines se transmettent même de génération en génération, bien qu’elles aient été démenties ! En cette semaine européenne de la vaccination, il nous semblait important de faire le point sur la vaccination pédiatrique avec les spécialistes de notre hôpital.

Nous mettons le Professeur Pierre Smeesters sur le grill. Chef du service de pédiatrie à l’HUDERF, il est aussi un chercheur de renommée en infectiologie pédiatrique.                                                                                                                               

Idée n°1 : L’amélioration de l’hygiène et de l’assainissement de l’eau feront disparaître les maladies – les vaccins sont inutiles. FAUX

Pr Pierre Smeesters : « Il est faux d’avancer que l’amélioration de l’hygiène permet d’éradiquer un virus ! Si l’hygiène contribue à diminuer ou à retarder la propagation des bactéries pathogènes, elle n’empêche nullement la transmission de maladies infectieuses. Depuis quelques années, la rougeole, maladie devenue rare, est de plus en plus présente en Belgique. Il n’existe pas de traitement, c’est pourquoi il est important de se faire vacciner afin d’éviter une épidémie de rougeole. »

Idée n°2 : Les vaccins ont des effets secondaires nocifs à long terme qui ne sont pas encore connus. La vaccination peut même être mortelle. FAUX

Pr Pierre Smeesters : « La vaccination n’est pas parfaite, mais les vaccins sont très sûrs. Il existe chez certains individus des possibilités de réactions locales (bras douloureux), de légère fièvre, ou plus rarement, de réaction allergiques passagères raison pour laquelle la vaccination doit toujours être encadrée. Rares sont les manifestations post-vaccinales graves et le risque de séquelles dues à la maladie telle que la polio (paralysie) ou la rougeole (encéphalite ou cécité), par exemple, est beaucoup plus grand en cas de non-vaccination.

Les vaccins font l’objet d’une surveillance importante, continue et transparente. L’ensemble des effets secondaires éventuels sont connus et indiqués très clairement dans les différentes notices des vaccins. Certaines réactions rares comme une réaction allergique généralisée (choc anaphylactique) peuvent survenir mais un traitement efficace est disponible chez votre médecin et la proportion entre les risques liés à une réaction rare n’est pas suffisamment importante par rapport aux risques encourus par la non-vaccination. Abandonner totalement la vaccination des enfants et des adultes est extrêmement dangereux, et peut être mortel. »

Idée n°3 : Le vaccin combiné contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche et le vaccin contre la poliomyélite sont responsables du syndrome de mort subite du nourrisson. FAUX

Pr Pierre Smeesters : « Il n’existe pas de lien de cause à effet entre l’administration de ces vaccins et la mort subite du nourrisson. Toutefois, ces vaccins sont administrés à un âge où les bébés peuvent être frappés par le syndrome de mort subite du nourrisson. Si on observe la courbe du nombre de morts subites par an (MSN sur le graphique ci-dessous), on voit très clairement que celle-ci diminue alors que la courbe du taux de vaccination chez l’enfant augmente nettement dans les années 2000 et se stabilise par la suite.

N’oublions pas que ces quatre maladies (diphtérie, tétanos, coqueluche et polio) sont potentiellement mortelles et que les nourrissons qui n’ont pas été protégés contre celles-ci par la vaccination courent un risque de décès ou d’incapacité grave. »

Idée n°4 : Les maladies évitables par la vaccination sont quasiment éradiquées dans mon pays, aussi il n’y a pas de raison de se faire vacciner. FAUX

Pierre Smeesters : « Les maladies telles que la rougeole et la coqueluche sont encore présentes dans nos régions. En 2016, entre janvier et juin, 67 cas de rougeole ont été déclarés dont 55% non vaccinés et 9% partiellement vaccinés. On compte 28 hospitalisations dont 12 enfants de moins de 5 ans et 4 de moins de 9 ans. A l’heure actuelle, plusieurs cas de rougeole ont été récemment recensés chez les enfants en Belgique et à Bruxelles. Le taux de vaccination ayant chuté ces dernières années, moins d’individus sont protégés, ce qui permet au virus de se propager plus rapidement. Concernant la coqueluche, on oublie aujourd’hui que c’est une maladie mortelle. Entre 2010 et 2014, quatre enfants de moins de 5 ans sont morts de la coqueluche alors qu’ici aussi, un vaccin sûr et efficace est disponible.

Idée n°5 : Les maladies infantiles évitables par la vaccination font simplement partie des désagréments de la vie. FAUX

Pierre Smeesters : « On ne peut décemment pas considérer les maladies évitables par la vaccination comme des «désagréments de la vie». Les maladies telles que la rougeole, les oreillons et la rubéole sont des maladies graves qui peuvent entraîner de sérieuses complications à la fois chez les enfants et chez les adultes, parmi lesquelles la pneumonie, l’encéphalite, la cécité, la diarrhée, les infections auriculaires, le syndrome de rubéole congénitale (si une femme est infectée par la rubéole en début de grossesse). Pour certains, c’est la mort. Etre incontinent, sourd, vivre avec une diminution voir une perte totale de la vue… On ne parle plus de désagrément. On parle d’un handicap et d’une qualité de vie affectée. »

Idée n°6 : Donner à un enfant plus d’un vaccin à la fois peut augmenter le risque d’effets secondaires néfastes et surcharger son système immunitaire. FAUX

Pierre Smeesters : « Les données scientifiques montrent que l’administration de plusieurs vaccins en même temps n’a aucun effet néfaste sur le système immunitaire de l’enfant. Les enfants sont exposés chaque jour à plusieurs centaines de substances exogènes qui déclenchent une réponse immunitaire. Regardez les enfants autour de vous, de 0 à 1 an : l’enfant met toute une série de choses en bouche pour découvrir le monde. Lui, ou plutôt son système immunitaire, est colonisé par les bactéries, des milliards de bactéries, ce qui nous indique que le corps est une belle machine capable de recevoir plusieurs vaccins à la fois sans risque d’effets secondaires. De plus, lorsqu’il est possible de bénéficier d’une vaccination combinée, par exemple contre la rougeole, les oreillons et la rubéole, cela signifie moins d’injections et une seule visite chez le pédiatre. »

Idée n°7 : On vaccine plus qu’avant et trop. FAUX

Ce qui a changé foncièrement en 30 ans, c’est la composition des vaccins. Si on prend l’analogie avec un arbre par exemple, imaginez-vous le décomposer en feuilles, écorces et branches. Chacune de ces parties ne compose pas un arbre à elle toute seule. C’est la même chose avec des bactéries que vous pouvez décomposer en protéine, sucre et ADN. Plusieurs vaccins administrés à votre enfant ne contiennent qu’une protéine ou qu’un sucre de la bactérie en question. Il n’y a donc plus d’organisme vivant présent dans ces vaccins-là. Si on compare le schéma vaccinal il y a 40 ans et celui de 2017, la composition des vaccins s’est grandement améliorée et simplifiée et on peut donc dire qu’aujourd’hui : « on protège plus, on vaccine moins ». Les vaccins sont en effet plus purifiés (ne contiennent souvent qu’un composant du vaccin et non une cellule vivante) et permettent de protéger contre plus de maladies.

 

Idée n°8 : Mieux vaut s’immuniser par la maladie que par les vaccins. FAUX

Pierre Smeesters : « Il est vrai d’affirmer que le corps, lorsqu’il développe le système immunitaire, le fait de manière efficace et pour une longue durée. Mais ces processus prennent du temps et ne sont pas toujours sans séquelles dans le cas de maladies graves, lourdes de conséquences. Le vaccin permet d’aider le corps à créer son système immunitaire, mais il ne provoque pas la maladie et ne fait pas courir à la personne immunisée le risque de complications éventuelles liées à la maladie.

Malheureusement, certains enfants dits immunodéficients ne peuvent pas être vaccinés. Leur système immunitaire étant défaillant, ceux-ci ne répondraient pas correctement à certains vaccins. Etre en contact avec des enfants non vaccinés et porteurs de maladies peut dès lors leur être fatal. Il en va donc de la responsabilité sociétale de chacun de se protéger correctement, afin de protéger les autres. »

Idée n°9 : Les vaccins contiennent du mercure et de l’aluminium, qui sont dangereux. FAUX

Pierre Smeesters : « Le thiomersal est un composé organique contenant du mercure qui est ajouté à certains vaccins comme agent conservateur. C’est l’agent conservateur le plus fréquemment utilisé pour les vaccins qui se présentent en flacons multidoses. Il n’existe aucune donnée probante attestant que la quantité de thiomersal utilisée dans les vaccins représente un risque pour la santé.

Pour ce qui est de l’aluminium, celui-ci permet de stériliser et de stabiliser les vaccins. Il est bien entendu aussi présent en quantité extrêmement faible (4mg), plus faible que dans le lait maternel (10mg) ou dans le lait en poudre (40mg).

Les vaccins existent depuis longtemps et sont soumis à de nombreux tests. Si ces derniers avaient été dangereux, ils seraient depuis longtemps supprimés ou remplacés sur le marché. »

Idée n°10 : L’autisme est causé par les vaccins. FAUX

Pierre Smeesters : « Faux encore. Il s’est avéré que l’étude de 1998 qui avait soulevé de nombreuses inquiétudes quant à la possibilité d’un lien de causalité entre le vaccin contre la rougeole-Rubéole-Oreillons (RRO) et l’autisme, comportait de graves irrégularités. Il s’est avéré que le médecin auteur de cet article avait trafiqué ses résultats. La revue qui avait publié cet article l’a ensuite retiré. Le médecin à l’origine de ces faux résultats a été condamné et ne peut plus pratiquer la médecine. Depuis lors, de nombreux travaux, ont démontré l’absence de corrélation entre le vaccin ROR et l’autisme ou les troubles autistiques. Malheureusement, la publication de cet article qui avait semé un vent de panique a conduit à une chute des taux de vaccination et par conséquent à une recrudescence des maladies visées.

 

Le Pr Smeesters vous recommande :

Une infographie amusante venue d’outre-Atlantique : 5 opinion (très) mal informées au sujet des vaccins, par www.lepharmachien.com

Une vidéo avec des témoignages de patients sur Euronews Science : Eliminer la rougeole, une maladie à la gravité oubliée

 

Pour conclure, notez bien que si des études crédibles dans le futur démontrent que certains vaccins représentent un danger potentiel pour la population, les professionnels de la santé modifieront leurs recommandations sans hésitation !

L’Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola prend position sur la vaccination

La Semaine Européenne de la Vaccination (SEV) est une initiative du Bureau Régional Européen de l’Organisation Mondiale de la Santé. Depuis 2005, elle a lieu chaque année fin avril. L’objectif de la SEV est de sensibiliser le public à l’importance de la vaccination et par ce fait augmenter la couverture vaccinale. Une équipe de pédiatres de l’Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola se mobilise pour contribuer à atteindre cet objectif. 

Suite à l’émergence de maladies dites évitables par vaccination et l’augmentation de parents réticents à la vaccination, le Professeur Pierre Smeesters, chef du service de pédiatrie de l’HUDERF et son équipe reviennent sur le sujet. Jusqu’à la fin de la semaine, une série de blogs informatifs autour de la vaccination seront publiés.

Dans cette série de blogs, vous trouverez :

  • Les premiers résultats de l’étude réalisée par l’hôpital, donnant la parole aux parents de la Région de Bruxelles Capitale pour formuler leurs attentes quant à la vaccination.
  • Les points de vue nuancés et transparents du Professeur Smeesters vis-à-vis de l’article de l’OMS « Vaccination : 10 fausses idées à corriger ».
  • Des précisions sur l’impact de la rougeole et de la coqueluche, deux maladies sur le retour en Belgique.
  • Une réponse à la question suivante « Pourquoi vaccine-t-on encore les bébés contre l’hépatite B ? ».
  • Et des explications sur l’utilité de vacciner contre le tétanos.

A ce jour, la vaccination a permis l’éradication de la variole par exemple. Il est important de poursuivre sur cette voie, et de continuer d’offrir aux enfants l’immunité la plus complète qu’il soit, pour qu’ils jouissent pleinement de la vie qui les attend.